QUOI RÉPONDRE QUAND ON ME DIT : J’AIME BIEN CETTE LISTE, MAIS…

« Il y a trop de listes à gauche. »

Il est logique que Carole Delga ne soit pas parvenue à rassembler la gauche au premier tour. Sa politique ne se distingue pas suffisamment de celles que mène la droite dans d’autre régions. Le PS n’a toujours pas compris les raisons de fond de son recul. C’est pourquoi nous avons proposé de rassembler les forces porteuses d’une alternative. Nous avons proposé à plusieurs reprises pendant de longs mois au PCF, à EELV, de se regrouper dans une même liste. Mais le PCF a choisi de s’allier avec le PS et EELV de faire cavalier seul, ce que nous regrettons mais qui n’est pas de notre fait.

« Il n’y a plus d’argent. »

La France est un pays riche. Mais une part de plus en plus grande de cette richesse est captée par les actionnaires : la France est record d’Europe de versement de dividendes ! L’argent existe donc, il faut le mettre au service de l’intérêt général. Le budget de la région Occitanie n’est certes pas illimité. Mais les choix qui sont faits dilapident l’argent public au profit de projets nocifs pour l’environnement ou dépensés en subventions aux grandes entreprises sans garantie pour l’emploi et la lutte contre le réchauffement climatique.
L’argent dépensé pour le grand projet inutile de l’extension du Port de La Nouvelle (320 millions d’euros ) aurait pu être consacré à développer l’emploi dans la transition écologique, par exemple à opérer la rénovation thermique de tous les lycées d’Occitanie. L’argent dépensé pour l’autoroute Toulouse Castres, argent qui ira dans la poche de Vinci, aurait pu être consacré à la rénovation de lignes de train (TER) dont celle de Toulouse Castres d’ailleurs.

« Ca sert à rien de voter, on ne peut rien changer. »

Signer des traités européens, donner des cadeaux fiscaux aux plus riches et aux actionnaires, Hollande, Sarkozy, Macron ont pris des décisions très importantes qui pèsent sur nos vies quotidiennes. Il en va de même sur les décisions régionales concernant le schéma de transport en commun, les tarifs des TER ou des cantines, l’embauche des agents de lycée, les subventions sans contreparties sociales et écologiques. Cela prouve que ce n’est pas vrai qu’on ne peut rien faire. Mais il faut savoir ce qu’on veut faire. Si nous nous y mettons tous, il est possible de changer, il faut du courage et des convictions solides pour mener une politique au service de la majorité de la population. Il faut s’y mettre toutes et tous, d’abord en élisant des gens comme nous, fidèles à leurs convictions, défendant l’intérêt général. S’abstenir quand on est pas satisfait de ces politiques, c’est un geste compréhensible mais il avantage ceux qui sont au pouvoir et veulent y rester.

« La vrai solution, c’est le Rassemblement National. »

Le RN est un parti qui cherche à capter la colère mais qui n’offre aucune solution aux problèmes du quotidien. C’est un parti qui a une obsession identitaire et désigne les personnes issues de l’immigration comme responsables de tout. En réalité, ce parti prône une politique libérale et autoritaire qui ne fera qu’aggraver la situation, ne créera aucun emploi, poursuivra l’œuvre de destruction des services publics et aggravera les politiques qui contribuent au réchauffement climatique. Au Conseil régional, les élus RN ont voté pour augmenter le temps de travail des agents de la région, contre le recrutement des personnels dans les lycées, contre les subventions aux associations comme la FCPE, le secours populaire, pour les subventions aux lycées privés confessionnels en dépit de leur soi-disant attachement à la laïcité, contre le conditionnement des
aides aux entreprises quand celles-ci licencient. Voter pour le RN ne réglera en rien les problèmes de celles et ceux qui souffrent au quotidien.

« Je préfère voter utile pour battre le Rassemblement National »

Il y’a deux tours lors de l’élection régionale. Au premier tour, on peut choisir la liste que l’on veut voir se qualifier au second tour. En qualifiant notre liste et en la mettant en tête de la gauche, vous pourrez permettre une alternative à la gestion de la majorité sortante. C’est ainsi que nous pourrons battre durablement le Rassemblement National, en apportant des réponses aux problèmes sociaux qui génèrent de la souffrance, de la désespérance et parfois même du vote pour le Rassemblement National. En continuant avec ceux qui gouvernent aujourd’hui, vous ne faites que retarder le problème car leurs politiques sont responsables de la progression continue de l’extrême-droite.

« Vous êtes tous les mêmes, vous faites des promesses mais vous ne les tiendrez pas. »

C’est vrai qu’entre les promesses des candidats et l’action des élu.es, il y a souvent eu un gouffre ! C’est pourquoi nos élus se sont engagés sur une charte éthique : nous ne cumulerons pas notre mandat régional avec un autre mandat exécutif, nous ne ferons pas plus de deux mandats consécutifs, nous refuserons les cadeaux et les privilèges qui viseraient à nous influencer et nous rendrons compte régulièrement de notre mandat. Mais comme ce sont encore des promesses, nous proposons aux citoyens de pouvoir révoquer un ou une élu en cours de mandat par un référendum citoyen. Le Président de la République, le Maire, le Député, le Conseiller régional et départemental, pourront faire l’objet d’un référendum révocatoire. Plusieurs pays dans le monde, ainsi que certains états des Etats-Unis ont mis en place de type de dispositif. Nous le ferons aussi.

Rejoindre la campagne

Une liste soutenue par